Henri Madoré, le dernier chanteur de rue

Henri Madoré, le dernier chanteur de rue

Henri Madoré, le dernier chanteur de rue

Takamba

Pour une « petite monnaie » , un « coup d’sec » (un verre de rhum), et surtout le plaisir des passants, Madoré (1928 – 1988), de son vrai nom Henri Madouré, chanta avec sa guitare et son harmonica à La Réunion, de 1946 à 1981. Le quotidien de ce parolier solitaire aux lunettes noires consistait ainsi à arpenter les rues de Saint-Denis, pour y puiser inspiration et s’y produire spontanément.

Disponibilité : Ce produit n'est plus en stock


TAK003

14,90 €

Ajouter au panier


Ajouter à ma liste d'envies

En savoir plus

Poète comique et marginal, aussi rebelle qu’un Brassens ou qu’un Ferré, il véhicula l’identité réunionnaise à travers des ségas originaux et dynamiques, souvent autobiographiques, et dont les paroles, un brin triviales et provocatrices, sont issues d’un créole d’anthologie. Si aujourd’hui il nous est permis de réentendre ce chanteur de rue (le dernier du genre à La Réunion), qui a su marquer la population par l’entrain qui se dégage de ses compositions, c’est parce qu’il enregistra en 1955, quatre 78 tours pour le label Festival. Une bande sonore, enregistrée en 1972 lors d’une soirée privée par Mr Jean-Claude Legros, constitue également le contenu de ce premier album de la collection Takamba, consacré à un joueur populaire de sons et de mots, qui avait effectivement vu juste en chantant : « Mais si in dé mounes y connaît pi à moin, mais écoute in pé bann disc’ gaillards,
zot va entend’ à moin / Mais pou fait tire un pé zot cafard »1

1 : (Paroles de « Ti Doré dans l’île », Henri Madoré) : « Mais si des gens ne me connaissent plus, écoutez les bons vieux disques. Vous m’entendrez, pour vous sortir de votre cafard.

Digipack 26 titres, livret 28 pages

Commentaires

No customer comments for the moment.

Donnez votre avis

Henri Madoré, le dernier chanteur de rue

Henri Madoré, le dernier chanteur de rue

Pour une « petite monnaie » , un « coup d’sec » (un verre de rhum), et surtout le plaisir des passants, Madoré (1928 – 1988), de son vrai nom Henri Madouré, chanta avec sa guitare et son harmonica à La Réunion, de 1946 à 1981. Le quotidien de ce parolier solitaire aux lunettes noires consistait ainsi à arpenter les rues de Saint-Denis, pour y puiser inspiration et s’y produire spontanément.

Donnez votre avis